Le dernier départ

Guennadi Aïgui

Traduction et postface d’André Markowicz

Lire un extrait

18,00

Description

Raoul Wallenberg, diplomate suédois, a, au péril de sa vie, sauvé de l’extermination nazie des dizaines de milliers de Juifs de Budapest. À l’entrée de l’Armée rouge dans la ville, il a été convoqué par les autorités soviétiques et il a disparu. Personne ne sait ce qu’il est devenu.

Interdit de sortir d’URSS et de publier ses textes russes, Guennadi Aïgui (1934-2006), l’une des plus grandes voix contemporaines de la poésie russe, avait traduit en langue tchouvache (sa langue maternelle) une anthologie de la poésie hongroise accueillie en Hongrie avec enthousiasme.

En 1988, des écrivains hongrois ont invité Aïgui à faire son premier voyage à l’étranger sur les traces des poètes qu’il avait traduits.

L’extraordinaire monument à Wallenberg par Imre Varga venait alors d’être inauguré : il figure Wallenberg debout entre deux murs de roche, la main droite tendue et baissée vers l’avant, dans un geste de protection et d’apaisement.

Ainsi est né ce Dernier Départ, comme un cycle de deuil et de douceur : le deuil du génocide juif, le deuil de Wallenberg lui-même, unissant les deux terreurs, hitlérienne et stalinienne, qui ont dominé le vingtième siècle, et douceur infinie de l’attention à l’autre, du sauvetage, au prix même de la mort.

André Markowicz

Informations complémentaires

Poids 0.400 kg
Dimensions 13 × 20 × 1 cm
Auteur

Guennadi Aïgui

Pages

72

Date de parution

30/03/2019

ISBN

978-2-490982-01-1

Tirage

Le tirage du Dernier départ, achevé d’imprimer sur Munken pure rough en avril 2019 sur les presses de Média Graphic à Rennes, pour le compte des Éditions Mesures, a été limité à quatre cents exemplaires numérotés de 1 à 400 signés par l’auteur.
Il a en outre été tiré un certain nombre d’exemplaires hors commerce.

Traduction

Traduit du russe par André Markowicz