De vie à vie

Marina Tsvétaïéva, Maximilian Volochine
À PARAÎTRE

Traduit du russe par André Markowicz

À paraître en 2023

18,00

On connaît aujourd’hui Marina Tsvétaïéva, mais qui connaît son ami et son aîné, Maximilian Volochine (1877-1932) ? Volochine, peintre, poète, objecteur de conscience pendant la Première guerre mondiale, avait acheté une grande maison à Kotkébel, au bord de la mer, en Crimée. Il y a accueilli des centaines de personnes.
Pendant la Guerre civile, il a écrit les poèmes les plus effrayants jamais écrits en russe sur la guerre. Ces poèmes, cent ans plus tard, sonnent comme s’ils avaient été écrits aujourd’hui. Ce livre, dans une première version, était paru en 1991 aux éditions Clémence Hiver. J’ai revu la traduction que j’avais faite alors de l’essai éponyme qu’avait écrit Tsvétaïéva à la mort de son ami, et j’ai élargi le choix de poèmes de Volochine que j’avais publiés.

Informations complémentaires

Poids 0.300 kg
Dimensions 2 × 13 × 20 cm
Auteur

Marina Tsvétaïéva, Maximilian Volochine

Pages

n/c

ISBN

978-2-490982-18-9

Date de parution

2023

Tirage

500

Traduction

André Markowicz